Catch France actu

WWE WRESTLEMANIA RAW REVENGE TOUR 2012

Le 20 avril 2012 à Paris-Bercy :

Une soirée tout simplement magique, il n’y a pas d’autres mots pour vous décrire le bonheur que j’ai vécu ce soir la !

Lorsque j’arrive enfin dans l’arène, après vingt minutes de queue, la première chose que j’aperçois  est le stand de marchandising, ou je me précipite pour acheter les t-shirts de CM Punk et de John Cena. Casquettes, brassards, pendentifs, photos dédicacées hors de prix, tout y est. Quarante  euros en moins pour ces deux t-shirts, mais le rêve en vaut le coup. Comme tout le monde après les achats, j’enfile le t-shirt de mon idole CM Punk !

J’entre maintenant dans l’immense sale ou le show aura lieu, pas facile de trouver ma place parmi tout ce monde. Enfin, confortablement installé sur mon siège, je me dis que sa y est, j’y suis enfin, mon rêve devient réalité, et pourtant je n’arrive toujours pas à y croire mes yeux. Tous les éléments sont réunis pour vivre ce show à l’américaine : une sale comble immense, le ring, le quadruple écran géant au dessus du ring, la musique et les effets lumières pour l’entrée des catcheurs, les fans qui hurlent “we want’ a wrestling“* pour encourager les catcheurs, alors que le show n’a toujours pas commencé. Incroyable !

Moins de cinq minutes plus tard, alors que je parlais catch avec trois autres fans à coté de moi, les lumières s’éteignent, plongeant la sale dans le noir quelques secondes, et tout à coup l’écran géant s’allume pour nous passer le clip vidéo de Raw, histoire de lancer le show.

Les fans et moi-même, fous de joie sommes vite refroidis, lorsque le général manager de Raw & Smack-Down John Laurinaitis apparait sur l’écran géant sous une bronca générale, pour nous annoncer que ce soirla WWEnous offre le privilège de revenir en France ce soir, et que sa n’a aucune importance si ce soir certains champions perdent leurs titres, car les matchs de ce soir seront des dark- matchs*. Big Johnny termine en nous demandant de soutenir son “people power“*, et en nous souhaitant une bonne soirée.

Les lumières se rallument et l’annonceur dela WWE JustinRoberts nous annonce que le premier match de la soirée sera un match par équipe, ou les ceintures par équipe sont en jeu.

Le premier des deux challenger à arriver sur le ring est R-Truh, très applaudi, mais c’est son partenaire Kofi Kingston qui recevra l’une des meilleures ovations de la soirée. Leurs adversaires Primo et Epico, les champions eux, recevront au contraire l’une des pires ovations en plus de quelques insultes. Le match sera de haute volée car Kofi et les champions voltigeurs nous offriront beaucoup de belles prises aériennes, enchainant les lion-saults, moon-saults, double-knee drop et sauts chassés, n’ayant de cesse de jouer avec les cordes tels des funanbules. R-Truh ne sera pas très présent dans le macth qu’il aura commencé, et qu’il terminera pourtant, effectuant le tombé vainqueur sur Epico ko, après avoir subi un lie detector dévastateur de Mr Vérité. La règle voudrait que l’on couronne des nouveaux champions par équipe, mais Big Johnny nous a privé de cette joie en début de soirée.

Nous enchainons sans plus attendre avec un match simple opposant Alex Riley au valet de John Laurinaitis, l’avocat diplômé d’Harvard, David otunga, qui fait son entrée hué par la foule blasée par ses interminables poses plastiques. Si Otunga se fait surprendre en début de match par un A-Ry chauffé à bloc. Dépassé par son adversaire, Otunga tente de se faire disqualifier en allant chercher une chaise à l’extérieur du ring, qui ne sera d’ailleurs pas utilisée, l’arbitre sort alors du ring pour ranger la chaise, ce qui permet à Otunga de porter un coup bas à Riley dans le dos de l’arbitre. Le match prend alors une toute autre dimension, car il se poursuit avec un Otunga s’acharnant sur l’épaule droite de A-Ry, qui sucombera au compte de trois de l’arbitre, après qu’Otunga lui ait porté une superplex du haut de la troisième corde.

Le  match suivant est aussi un match simple, qui verra l’un des chouchous des fans, à savoir Mr Woowoowoo, Zack Ryder affronter the Show-Off Dolph Ziggler, toujours aussi vantard.

Aucun des deux anciens champions US ne dominera plus le match que l’autre. Ils nous offriront un bel échange d’atémis. Mais à la surprise générale, Zack Ryder remportera le match en contrant un Zig-Zag de Ziggler par une sorte de rock-bottom modifié et complètement foiré, enchainé d’un Rough-Ryder pour le tombé gagnant. Une belle victoire méritée après presque 30 minutes d’efforts pour notre Broski* préféré.

Après le match, l’un des commentateurs, Philippe Chéreau arrive sur le ring, à ma grande surprise sans son partenaire Christophe Agius, mais accompagné par deux fans. Il nous annonce le nom du fan ayant crée la plus belle pancarte (élu au biais d’un concours sur wwe.fr) qui recevra une photo dédicacé à l’instant  par Zack Ryder, des dvd, des t-shirt, et plein d’autres produits dérivés dela WWE, ainsi qu’un accès VIP aux coulisses du show pour rencontrer les catcheurs présents ce soir.

Le match qui suit est encore un match simple, et ne dépassera malheureusement pas les 5 minutes. En effet, ce match opposant le jeune Tyson Kidd offert en pâture au mastodonte récemment revenu du Japon, Lord Tensai, ressemblera plus à un passage à tabac qu’à un véritable match de catch.        Lord Tensai s’acharnera sur un Tyson Kidd ko, après une dizaine de power-bomb maintenues par Tensai. Ce match sera donc un match nul, par arrêt de l’arbitre, jugeant que Tyson Kidd n’est plus en état de combattre.

Une pause de 15 minutes est annoncée aux fans, qui en profitent pour aller acheter des boissons, sandwichs,… De mon côté, je visite les couloirs de l’arène ou l’on retrouve plus loin plusieurs espaces marchandising et de muséum ou sont exposés des copies des premières ceintures de champions WWE, intercontinentaux, par équipe, poids moyens,…

Le show reprend avec un autre match simple plus intéressant, cette fois pour la ceinture de champion US, opposant le champion en titre Santino Marella à son challenger Jack Swagger. Santino arrive en premier sur le ring et prend quelques minutes pour nous parler, en français silvouplait ! Il dit qu’il adorela France, que c’est un pays magnifiques, et qu’il y rencontre toujours des gens très sympas partout en France sauf à Paris. Il nous demande pourquoi les Parisiens ressemblent à des moutons blasés semblant tous se diriger vers un abattoir. Il précise ensuite qu’il n’est pas venu pour insulter le pays, il révèle même que son grand-père à des origines Françaises.Et alors qu’il s’expliquait sur le sujet,  Jack Swagger l’interrompu et lui dit que tout le monde s’en fiche de ce qu’il à dire aux fans, ces derniers le huent immédiatement. Swagger répond par un “la ferme“ dans un horrible Français, et se tourne vers Santino en lui disant que ce soir il y aura un nouveau champion US ce soir. Le match finit enfin par démarrer, la première partie du match est plus centrée sur Santino qui tente d’humilier Swagger en esquivant tout ses coups. Ce dernier voit rapidement rouge et se précipite sur Santino, tel un buffle voulant déraciner une montagne. Swagger finit même par s’assommer tout seul sur l’un des coins du ring, et Santino, un poil trop confiant essaye d’obtenir des applaudissements de la foule, tandis que Swagger en profite pour enlever la protection du coin du ring. Le partenaire de Swagger, Dolph Ziggler arrive alors au bord du ring et tente de distraire Santino. Swagger remis sur pied en profite pour attaquer Marella par derrière, il lui porte quelques souplesses arrières et d’autres prises de lutte amateur pour affaiblir Santino au sol. Il coince ensuite la cheville droite du champion l’ankle-lock. Alors que Santino résiste à la douleur, il agrippe involontairement l’arbitre et l’envoi valser la tête la première sur le coin non protégé, alors qu’il tentait d’atteindre les cordes salvatrices qui aurait fait lâcher la prise à Swagger. Santino finit par abandonner, mais l’arbitre toujours ko ne peut valider l’abandon de Marella, ce qui agace Swaggy, qui tente tant bien que mal de réveiller l’arbitre qui commence à retrouver ses esprits. Mais il n’est pas le seul à se réveiller puisque Santino tente de surprendre Swagger avec un petit paquet pour le compte de un, deux, et … non il n’y aura pas trois, seulement deux, car Ziggler agrippera la main de Swagger pour renverser le tombé en sa faveur en s’aidant de l’appui des cordes, qui validera le tombé victorieux pour Jack Swagger. Nouveau champion ? Pas si sûr, puisque lorsque l’arbitre sort du ring pour récupérer la ceinture posé à l’extérieur du ring, il se fait soudainement agripper le bras  par un fan qui semble lui dire qu’il vient de valider un tombé illégal (tricheur), avec une photo dans son téléphone comme preuve. L’arbitre n’attendra pas plus longtemps pour redémarrer le match et annoncer au duo Swagger/Ziggler que ce dernier est banni des abords du ring. Swagger furieux se met à beugler sur l’arbitre, oubliant que Santino est toujours dans le ring, il se fait surprendre par la prise du cobra pour le compte de trois. Et oui, Santino à bel et bien conservé son titre US, avec une victoire très controversée comme toujours.

Le match qui suit est un match par équipe de Divas, ou les voix masculines se feront fortement entendre. Quoi de plus normal vu les catcheuses présentes ce soir. La championne des Divas Beth Phoenix et Eve Torres font face aux sœurs jumelles de la WWE, Brie et Nikki Bella, les Bellas Twins.

La Glamazone, Beth Phoenix commence le match contre l’une des jumelles, qu’elle arrivera à gérer malgré l’handicap de deux contre une imposé par Eve, trop occupée à répondre aux insultes du public scandant “hoeski“*, ainsi que d’autres noms (dits en anglais) très humiliants pour une femme, que je ne citerai pas. L’une des Bellas se faisant démolir par la puissante Beth Phoenix, qui un peu prétentieuse, fait le changement avec Eve, sûre de finir le match avec son moonsault de la troisième corde. Ayant peut-être trop pris son temps pour monter sur les cordes, Eve s’écrasera non pas sur son adversaire, mais sur le tapis du ring, Brie Bella étant encore assez lucide pour esquiver le saut, sa sœur en profitera pour se jeter sur la championne à l’extérieur du ring, tandis que l’autre fera le tombé sur Eve pour le compte de trois.

La soirée continue avec un Match très attendu par les fans, qui verra John Cena tenter de fermer ce qu’il considère être la grande bouche du Awesome-One, The Miz ! Il sera d’ailleurs le plus hué de la soirée. Celui-ci arrive en premier dans le ring, et nous explique en anglais qu’il à mené l’équipe de John Laurinaitis à la victoire à Wrestlemania 28. Ne pouvant parler correctement à cause des fans en colère, je devais sans doute être le seul dans la salle à l’encourager jusqu’à ce qu’il nous insulte, nous les fans, ainsi que toute la France.

Après que the Miz eu fini de parader et de nous insulter, c’est au tour de John Cena de faire son entrée, accueilli sous une pluie d’applaudissements par un foule en délire !

Le match est très disputé entre les deux compétiteurs, qui ne perdent pas un instant pour donner tout ce qu’ils ont dans le ventre. La baisse de niveau du Miz  comparé à celui qu’il avait l’année dernière lorsqu’il était champion WWE se fait sentir dans ce match.  Manque de chance pour Mizou,  car Cena quant à lui semble être dans une forme olympique, malgré sa récente défaite contre The Rock et le stress de son match contre Brock Lesnar, qui aura lieu neuf jours plus tard. Sachant qu’il n’est pas avantagé, The Miz tentera à plusieurs reprises de placé son Skull-Crushing Finale qui sera facilement contré par Cena. Mais l’obstination du Miz finira par payer, car c’est après avoir porté sa prise fatale du haut de la troisième corde, que le match se poursuivra au sol, à l’avantage d’un Mizou innovant, qui portera des prises de soumissions telles que le camel-clutch ou encore la prise de la planche de surf “Romero-Spécial“, inhabituelles à son style de catch.

Après un deuxième attitude-adjustment, John Cena viendra à bout du Miz, et terminera le match avec son STF, faisant ainsi abandonner Mizanin, qui rentrera aux vestiaires sous les chants du public “you tape out“*, laissant ainsi John Cena fêter sa victoire avec les fans, prenant comme toujours un malin plaisir à se jeter dans les bras de ses ennemis portants des t-shirts “Cena Suck’s“*.

Et maintenant c’est l’heure de passer au dernier match de la soirée, celui que nous attendons tous, le Main-Event !! Le champion WWE CM Punk, va défendre son titre dans un match sans disqualifications, contre … the King of Bling-bling, the Ayatollah of Rock’n’Roll’a, … Y2J, …, Chris Jericho !! A son arrivé, CM Punk explose tout les records à l’applaudimètre, littéralement accueilli comme un Dieu vivant par les fans en délire total, qui quittent tous leurs sièges tel une vague, pour s’approcher au plus près du ring ! Incroyable !!

Les lumières s’éteignent pour le challenger Chris Jericho, les premières à s’allumer sont celles de sa veste lumineuse avant que sa musique ne démarre. Malgré son statut de hell, Jericho est néanmoins mieux accueilli que ce à quoi je m’attendais, sous les chants “Y2J, Y2J, Y2J“.

Les deux hommes ne perdent pas une seconde pour se jeter l’un sur l‘autre, tels  deux fauves se battants pour un morceau de viande. Jericho semble vouloir faire abandonner Punk à tout prix, car il  tente à plusieurs reprises de placer les Wall’s of Jericho, sur un CM Punk encore trop frais en ce début de match. Les deux hommes commencent ensuite à profiter de la stipulation du match sans disqualifications, ce qui réveille les fans. Chaises, bâtons de Kendo stick, cloche, batte de base-ball entourée de barbelé, tout y passe pour le plus grand malheur de Y2J qui passera ensuite à travers une table à l’extérieur du ring, à la suite d’une souplesse du haut de la troisième corde portée par Punk. Alors que le match semble tourner à son avantage, Y2J place son code breaker qui est contré en poxer bomb par CM Punk, qui enchaîne avec son GTS pour le compte de trois. Victoire pour le Champion de la WWE, qui conserve sa ceinture après 40 minutes d’efforts. Punk conclut la soirée en prenant un bain de foule pour fêter sa victoire, il pose également pour les photos et les drapeaux français !

Ce fut une soirée magique que je n’oublierai jamais, comme aucun autre fan présent ce soir ! C’est le genre de soirée qui n’arrive qu’une fois dans la vie d’un fan de catch !